Vie microbienne du sol

La vie microbienne du sol

Les principaux composants chimiques du sol

Le sol gère, stocke, filtre, permet les échanges et les combinaisons chimiques qui donnent la vie. Il nourrit, loge, sans compter. Il se fatigue, se répare, se dégrade, s’améliore selon son histoire.

Les composants du sol sont : D’abord les molécules principales partagées par toutes formes de vie sur terre (homme, animaux, végétaux) :

  • Carbone (C)
  • Hydrogène (H)
  • Oxygène (O)

Puis suivent de nombreuses molécules indispensables au développement du règne végétal :

  • Azote (N) : Constituants des acides aminés, des lipides, des protéines, il favorise la multiplication cellulaire, et des chloroplastes, constituant d’hormones, favorise la synthèse des glucides. L’azote permet à la graine de constituer ses réserves.
  • Phosphore (P) : Constituant de l’ADN, et de l’ARN, et des lipides phosphorés. Participe dans la mise à fruit, métabolise les glucides.
  • Potassium (K) : Régulateur principale de la pression osmotique (transit de l’eau dans la plante et phase d’absorption passive). Activateur d’enzymes, favorise le stockage et la synthèse des glucides. Facilement lessivable par les eaux de pluie.
  • Soufre (S) : Constituant d’acides aminés soufrés. Il est toxique en excès.
  • Magnésium (Mg) : Entre dans la constitution de la chlorophylle (couleur verte des feuilles). Evite la chlorose (jaunissement des feuilles faute de chlorophylle). Entre dans la sélection des espèces lorsque le sol est très concentré en magnésium.
  • Fer (Fe) : Evite la chlorose dû à une carence en fer, transporte les cellules, régule les nitrites et la fixation d’azote
  • Calcium (Ca) : Constituant de la paroi pecto-cellulosique de la plante, (maintien des parois cellulaires qui deviennent résistantes). Entre dans la maturation des fruits. S’accumule dans les organes âgés (écorce, bois).
  • Manganèse (Mn) : Favorise la croissance et évite la chlorose. Il peut manquer en sol basique et devenir toxique en sol acide. C’est un constituant d’enzymes. Il joue un rôle dans l’oxydation de l’eau lors de la photosynthèse.
  • Cuivre (Cu) : Il stimule la croissance. Il est toxique en cas de grosse concentration sauf pour des plantes adaptées.
  • Zinc (Zn) : Il aide à la synthèse de la chlorophylle. Il participe à la synthèse et à la protection d’hormones de croissance.
  • Molybdène (Mo) : Il est nécessaire au métabolisme de l’azote
  • Bore (B) : Constituant d’enzymes. Aide à la synthèse de la chlorophylle. En cas de carence, pourrissement du coeur de certaines espèces, ou lésions sur l’écorce du pommier.
  • Aluminium (Al) : Il est toxique dès que le PH est inférieur à 5,5. Il sélectionne les espèces résistantes ( Ericacées résistent bien à l’aluminium).

Ces molécules sont naturellement présentes dans le sol.

Fertilisation des sols

Un apport organique régulier est utile pour nourrir la plante, stimuler la fixation de l’azote, mobiliser les éléments minéraux et limiter les pertes par le lessivage.

La fumure organique (origine animale ou végétale) est la base de la fertilisation. On emploie aussi la fumure minérale traités par des procédés physiques tels que le broyage, le séchage ou la calcination.

Les molécules de synthèse

L’engrais chimique vendu dans le commerce, dope le sol, les molécules de synthèse (fabriquées par l’homme) imitent à merveille ces molécules naturelles, mais hélas avec le vécu en moins.

Les molécules chimiques ne sont pas endurantes, pas très sensibles non plus. Une fois remplie leur mission (mettre un coup de jus dans le sol), elles ne se fixent pas et sont lessivées par le sol.

L’espace libéré est à son tour pris par les ions hydrogènes qui délogent les ions calcium, indispensables à la fertilité du sol, le pont calcique se dissout. Le sol se décalcifie, l’acidité prend le dessus et le phénomène devient exponentiel. Décalcification et acidification, le sol se vide petit à petit de ses éléments nutritifs naturels.

D’où l’importance de conserver ou d’améliorer la vie microbienne du sol. Une plante vivant dans un sol sain sera plus à même de lutter contre les maladies, les champignons pathogènes et les insectes.